Les orcs

Us et coutumes

  1. L'orc habitant du Pacte des plateaux du Sud

  1. Modes de vie

Les orcs vivant de manière traditionnelle dans le pacte des plateaux du sud sont soit nomades, soit sédentaires. Le territoire orc du pacte équivaut à une grande partie de l'afrique sub-saharienne. Il y a des déserts de sable, de roche, des montagnes, des ravins, de la savane, de la jungle, des volcans, des plages et des îles... Les habitations sédentaires sont soit construites à base de torchis ou de bois, soit creusées directement dans la roche. Les habitations nomades sont constituées de tentes faciles à monter, à plier et à transporter.
Le pacte des plateaux du sud permet aux peuples de toutes les 4 races (orcs, nains, elfes et gobelins) de vivre en harmonie et dans la paix.

Les nomades : Les orcs nomades font partie d'une tribu constituée de leur seule famille, évoluant en toute autonomie de pâture en pâture.
Les tribus nomades sont des tribus de chasseur cueilleur et aussi d'éleveurs de chèvres, de chiens de chasse et de dromadaires.
Ce sont ceux qui connaissent le moins les races non-orc, sauf les tribus évoluant dans les zones frontalières. Certains sont donc racistes, par ignorance, d'autres sont juste méfiantes face à l'étranger.

Les sédentaires : Les orcs sédentaires font aussi partie d'une tribu constituée de leur seule famille mais peuplant des villes ou des villages aux côtés d'autres tribus.
Les tribus sédentaires sont des tribus d'artisans et de commerçants.
Ils côtoient quotidiennement les races non-orc.

Les tribus nomades et sédentaires vivent dans un bon équilibre, chacun a besoin de l'autre pour vivre : les sédentaires obtiennent la matière première et la viande produite/chassée des nomades qui récupèrent les objets transformés pour se vêtir ou s'équiper.
Mais le peuple orc ne sait pas tout produire, le commerce extérieur est tout aussi vital, pour se procurer des épices, des étoffes ou de nouvelles créations et inventions des autres races. Le pacte des plateaux du sud est constitué de population très cosmopolite. Toutes les races y sont représentées : les elfes, les gobelins, les nains et les orcs. Chacun des habitants de ces peuples est libre de se déplacer partout dans les territoires du pacte.

  1. Métiers

Selon le mode de vie d'un orc, ses choix de profession seront limités à l'usage quotidien et logique en fonction des besoins de sa tribu et de son accès aux ressources.

Les nomades : Les orcs nomades sont : éleveurs, chasseurs, herboristes, alchimistes, cuisiniers, pêcheurs, médecins, bûcherons, potiers. Ils fabriquent des objets, des outils, des accessoires ou des pièces de protection d'armure avec le cuir qu'ils récupèrent sur les bêtes. Mais ils ne produisent pas de tissu. Leur artisanat est basique, utilitaire, sans fioritures. Ils fabriquent des poteries mais ne les décorent pas. Seuls les éléments servant à la pratique de leurs rites religieux sont fabriqués avec soin. Les orcs nomades ne sont pas des lettrés, ils sont de tradition orale.

Les sédentaires : Les orcs sédentaires sont de deux types : Les tribus sédentarisées, et les tribus sédentaires.

  • TRIBUS SÉDENTARISÉES : PAYSANS VILLAGEOIS

Les tribus sédentarisées sont des tribus d'origine nomade qui se sont fixées dans des villages principalement paysans. Ces tribus se sont sédentarisées pour diverses raisons : la réduction de population de leur famille, la perte de leur troupeau, la famine ou la maladie. C'est souvent un non choix. Ce sont des petites ou moyennes tribus qui ne sont pas riches. Les tribus sédentarisées vivent en tribu solitaire ou dans des petits regroupements de tribus (de 2 à 3 tribus issus du même clan).
Métiers : paysan, éleveur, mineur, fermier, potier, pêcheur, travailleur du cuir, forgeron, mineur, cuisinier, médecin, tisserand, bâtisseur.
Les tribus sédentarisées sont moins préoccupées par des questions de survie, l'art et l'artisanat sont un peu plus présents dans leur création. Cela leur permet d'échanger leurs productions typiques lorsqu'ils commercent avec leurs tribus nomades de passage ou lorsqu'ils se rendent en ville pour faire du troc. Ils gardent la tradition orale et une pratique religieuse régulière mais modérée.

  • TRIBUS SÉDENTAIRES : COMMERÇANTS LETTRÉS DES CITÉS

Les tribus sédentaires, qui sont traditionnellement sédentaires ou très anciennement sédentaires et installées depuis plus de 500 ans, vivent en groupement de plusieurs grandes tribus (plus de 5) dans des grandes villes commerçantes et cosmopolites. Ces tribus vivent dans un plus grand confort et ont un meilleur accès aux richesses grâce principalement au commerce extérieur, à la proximité des hauts pouvoirs et à l'intellectualisation des professions. Dans ces tribus, la tradition orale laisse peu à peu place au lettrisme.
Les tribus vivant dans les cités se réunissent de préférence entre clans dans des quartiers identifiés.
Métiers : banquiers, cuisiniers, juristes, tailleurs, médecins, scribes, joailliers, sculpteurs, bâtisseurs, forgerons, commerçants, alchimistes, notables, gardes et soldats pour protéger les villes et les frontières du pacte.
Ces peuplades sont plus riches et vivent dans un meilleur confort. Bien que les villes soient coupées de la nature et qu'on y trouve des maladies liées à l'insalubrité des rues.
Leur dévotion religieuse est un peu moindre que celle des nomades dont la dureté de la vie égale leur foi, mais les peuples sédentaires aiment mettre en avant la richesse et l'importance de leur tribu en prenant également soin des artifices utiles dans l'accomplissement des rites religieux, moins par ferveur que pour se montrer et briller.

Les sociétés nomades et sédentaires vivent en harmonie mais le point d'encrage qu'est la religion tend à les différencier et certains prennent des chemins radicaux : alors que certaines tribus s'avancent vers la laïcité et l'effacement des mœurs traditionnelles, d'autres se renforcent dans leurs croyances et les pratiques parallèles, parfois tabou.


  1. Habillement

L'habillement des orcs sédentaires et nomades varie également. En effet, l'un ne vit pas dans les mêmes conditions que l'autre et l'autre n'a pas les mêmes préoccupations quotidiennes que l'un.

L'orc nomade s'habille utilement, sa tenue est à base de lin ou de coton, ample pour se protéger de la chaleur et des tempêtes de vent. Les nomades utilisent parfois des étoffes rares et colorées, des peintures corporelles, et des gri-gri, mais principalement pour la pratique de leur religion.

L'orc sédentarisé a moins besoin de se protéger des éléments. Comme sa tribu a choisi de s'établir près des points d'aisance (principalement proche d'une source d'eau et de terre cultivables), ils n'ont plus besoin de se protéger. Il n'y a guère que la chaleur qui pose problème. Leur habillement, en conséquence, est juste suffisant pour cacher leur intimité. Cela laisse toute latitude pour se parer de peintures et confectionner des parures, à usage quotidien et plus encore lors des célébrations religieuses.

L'orc sédentaire s'habille généralement de manière à montrer son niveau de richesse. Les étoffes rares et bariolées sont fréquentes, les gri-gri et fioritures, les bijoux, les nacres, coquillages, le maquillage pour la vie quotidienne sont monnaie courante dans les grandes villes marchandes.

Il ne faut aussi pas oublier que ces indication sont très généralistes. Comme il existe des centaines de tribus orc vivant et évoluant partout dans le grand territoire du pacte, les tenues traditionnelles évoluent beaucoup du nord au sud. Par exemple, au nord, l'habit sera plutôt d'inspiration perse, berbère, alors qu'au sud, elle sera plutôt d'inspiration "tribale", ou encore hindou ou ottoman à l'extrême nord est.


  1. Caractère


Même si chaque individu a ses propres traits de caractère, l'orc a des qualités et des défauts propres à son espèce. L'orc est un être fier de lui-même, de sa famille et de ses origines. Dans l'action, c'est quelqu'un qui va souvent agir de front, sans détour. Par contre, ça ne veut pas dire que l'orc n'est pas un être réfléchi, intelligent, organisé et sage. Seulement, il ne va pas s'encombrer de longs discours compliqués et choisir rapidement la meilleure solution à son problème : simple (mais pas simpliste) et efficace. L'orc est donc bien souvent un individu spontané, ce qui en fait aussi un être ouvert à l'autre, curieux, sociable, mais aussi têtu, peu flexible... ce n'est pas, malgré ce que d'autres voudraient penser, comme le firent les humains, un être stupide et rustre. Loin de là.


II. L'organisation territoriale du pacte

  1. Géographie et répartition des populations orc

Le pacte des trois plateaux comprend le continent africain et le moyen orient (jusqu'aux frontières ouest du pakistan et la frontière sud du kazakhstan).

  1. Les non-orcs (elfes, nains, gobelins)

Les non-orcs, les gobelins, les elfes et les nains, qui font partie des peuples du pacte des plateaux du sud vivent avec les orc dans les grandes villes mais jamais dans les villages de paysans sédentarisés ni avec les nomades. Les villes du pacte sont donc très cosmopolites parce que c'est là que le commerce y prospère le mieux.

  • Les gobelins sont originaires des îles et des zones côtières. Leurs grandes villes sont portuaires. Ce sont de bons commerçants, des pêcheurs et des navigateurs, ils s'intéressent au commerce de gros et font de l'import-export.

  • Les elfes sont principalement originaires du bassin méditerranéen. Ce sont des artisans et de bons commerçants qui recherchent la qualité avant la quantité.

  • Les nains de l'est, le Caucase, le Kazakh, les scythes, vivent principalement dans des villes troglodytiques, ou des cités fortifiées construites en pierre de taille. Ce sont des bons bâtisseurs et d'excellents forgerons.

III. L'organisation de la société orc

La société orc, au sein du pacte des plateaux du sud, vit dans la paix. Il n'y a plus eu de guerre aussi meurtrière depuis 500 ans et la mort du dernier homme. Bien sur, les tribus ne sont pas toutes amies. Il existe des conflits entre certaines d'entre elles pour des raisons plus ou moins justifiées mais ces conflits de la vie ordinaire ne nuisent pas à la bonne santé politique des tribus orc.


  1. Les tribus

Le nombre des tribus varie fortement en fonction des événements politiques ou climatiques. Aujourd'hui, le peuple orc prospère. Il y a environ 1000 tribus constituées de 12 à 30 membres. 300 sont nomades, 500 sédentarisées installées dans des villages, le reste vit dans les grandes villes. Les tribus nomades sont en moyenne peuplées d'une douzaine d'orc, celles des hameaux une vingtaine et celles des villes une trentaine. La population d'orcs dans le pacte des plateaux du sud s'élève donc à environ 20 000. Elle connaît une forte croissance depuis 500 ans et après stabilisation et reconstruction de ses territoires.
Mais nombreux sont les orcs exilés qui font leur vie dans d'autres régions du monde, et dont la vie de famille ne suit pas le schéma des familles fondées par les Mères. Pour ceux-ci et leur descendance, aucun recensement n'existe.

La vie de famille

Les tribus sont des familles dirigées par une Mère qui est la seule femme en âge de procréer dans sa tribu, c'est elle qui fait autorité économique et politique. Sous la Mère, le « Grand-Père » qui s'occupe de l'éducation des enfants, et le Chaman. Les hommes sont majoritaires dans les tribus, ils sont tous les Pères des enfants de la tribu.

  • La tribu est dirigée par la Mère. En concordance avec le Grand-Père et le Chaman, c'est une trinité dont dépend la survie de la tribu. une tribu ne peut pas survivre sans l'une de ses trois têtes.

  • La Mère est l'autorité supérieure mais elle écoute les conseils du Chaman et du Grand-Père. Le Grand-Père étant l'autorité sociale de la tribu et le Chaman, l'autorité religieuse de la tribu.

Le pool génétique des orcs est plus coriace que celui des humains, il est commun de voir des unions incestueuses sur plusieurs générations sans dégénérescence. Ce qui explique pourquoi les arbres généalogiques des orcs des clans ancestraux ressemblent plus à des mangroves qu'à des chênes. Autre particularité, trois enfants sur quatre naissent mâle. La gestation dure 22 mois, rares sont les jumeaux.
Le Chaman ne s'accouple pas avec la Mère, il n'est donc qu'un père spirituel, et un frère, ainsi que parfois un fils, dans sa tribu.

Un orc devient adolescent autour de l'âge de 8 ans, et il devient un adulte à l'âge de 13 ans. Il vit jusqu'en moyenne 50 ans.

La famille moyenne d'une petite tribu nomade sera constituée d'une Mère, d'un Grand-Père, d'un Chaman, de quatre Pères et de six enfants ou adolescents (dont 0 à 2 filles).

Les liens et l'amour qui lient chaque personne appartenant à la tribu sont extrêmement forts. L'infidélité ou la traîtrise sont des choses rares et sévèrement punies.
Tribus nomades : La Mère de la tribu s'occupe de la survie des membres de sa famille : non seulement c'est elle qui met au monde les enfants, mais c'est aussi elle qui chasse, cueille et qui défend la tribu des menaces extérieures, avec l'aide de ses chiens de chasse et des adolescentes.
Les pères, dont le nombre varie en fonction de la taille de la tribu, s'occupent d'enseigner aux adolescents les tâches quotidiennes pour la vie et le confort de la tribu : cuisiner, dépecer, fabriquer des poteries, garder et soigner les chèvres et les dromadaires...
Le Grand-Père, un mâle, l'aîné, qui n'est plus Père mais qui devient en quelque sorte le gardien du savoir profane de la tribu. Si c'est la Mère qui est décisionnaire, le Grand-Père lui sert de conseiller pour les questions de vie au sein de la tribu. C'est lui qui a en charge d'enseigner aux jeunes enfants tout ce qu'il leur servira dans leur vie d'adulte. Le chaman est le guérisseur et l'aumônier.

Tribus sédentaires : L'organisation des familles de tribus sédentaires, les villageoises, est la même. Mais la vie en communauté ajoute une difficulté de gestion des personnes supplémentaire. Les Pères d'une tribu ne doivent jamais voir une autre Mère que la leur. Les grands-pères enseignent à tous les enfants mais comme ces derniers sont nombreux, les grands-pères se partagent la tâche de n'enseigner qu'une seule matière, celle dans laquelle ils sont les plus doués. Les décisions politiques, sont prises de concert entre les matriarches avec l'assistance des Grand-Pères. La religion, qui est une science exacte et finie, est sous la responsabilité des chamans.
L'application de la justice appartient au domaine religieux. Elle est présidée par la trinité Mère, Grand-Père, Chaman, mais les décisions de justice sont exécutées par le Chaman, parce que souvent il est affaire de punition ou d'exil.
Dans les grandes villes, les tribus s'organisent de la même manière avec un côté un peu communautariste (comme des quartiers en fonction de l'origine géographique, des liens de parenté ou d'alliances, des pratiques religieuses...).

L'enseignement

Les garçons et les filles enfants et pré-adolescents apprennent tous ensemble : l'Histoire des peuples orc, le pacte des plateaux du sud, le calcul, la religion.

Dans les tribus nomades et les villages, c'est de tradition orale.

Dans les tribus des grandes villes, certains apprennent aussi à lire et à écrire. L'enseignement est de plus en plus dispensé à l'aide de livres, vélins et tablettes rédigés par des scribes.

Une fois adolescents, les jeunes orcs des grandes villes se spécialisent dans un seul métier.


Exil et voyages


Un orc est libre de choisir sa destiné. Du moins, si celui-ci est un mâle. Les femmes ne sont pas aussi libres, à moins qu'elles ne se révèlent être stériles.

Ordinairement, un orc est si attaché à sa famille qu'il choisit de rester devenir un Père auprès de la Mère, et peut-être un jour Grand-Père ou Chaman.
Mais il arrive qu'un orc ait envie de voir du pays, de voyager. Dans ce cas, les tribus les laissent ordinairement partir découvrir le monde, ça fait toujours une bouche de moins à nourrir et les mâles sont faciles à remplacer.
Concernant la destiné de ces orcs à l'étranger, ils peuvent tout à fait s'accoupler et avoir des enfants avec des femelles orc aussi exilées ou bien avec des femelles des autres races humanoïdes, puisqu'ils partagent un ancêtre commun.
Ces orcs vivent en exerçant les métiers qu'ils ont appris depuis leur plus jeune âge ou adoptent des métiers correspondant aux besoin, aux moeurs et aux savoir-faires endémiques des territoires visités.


La vie et la mort des tribus

Tous les ans, de nouvelles tribus apparaissent tandis que d'autres disparaissent. Elles fonctionnent comme de multitudes de colonies d'abeilles : en essaimant.

Lorsqu'une jeune fille devient femme, elle doit partir de la tribu pour en rejoindre une en manque de Mère, ou bien s'exiler avec une partie des hommes de sa tribu d'origine afin de fonder sa nouvelle tribu. Lorsqu'un garçon devient un homme, il reste dans la tribu et s'unit à la Mère pour engendrer de nouveaux enfants.

Lorsqu'un homme devient trop vieux pour procréer ou travailler, sauf s'il est désigné pour remplacer le Grand-Père, il s'exile dans les montagnes ou le désert pour s'y laisser mourir. Après quoi, la famille devra partir retrouver sa dépouille pour l'enterrer (voir chapitre IV. La religion)

Lorsque la Mère devient trop vieille et ne peut plus enfanter, elle s'exile également (voir chapitre VII. La politique, le clan des vieilles)

Le chaman de la tribu reste à vie, n'importe qui ne devient pas chaman, ni par âge ni par hérédité, c'est une décision du Dieu (voir chapitre IV. La religion).

Les tribus tabou

Les tribus tabou sont méconnues. Aucun orc n'ose en parler, rares sont les non-orcs connaître ce concept de tribu tabou, et ceux qui connaissent pensent qu'elles font partie de récits folkloriques inventés pour effrayer les touristes imprudents.

Les tribus tabou existent bel et bien. Ce sont des tribus isolées et sédentaires qui se sont généralement installées dans des zones reculées intentionnellement choisies pour leur inaccessibilité ou leur inhospitalité, à flanc de volcan, sur le flanc d'une montagne escarpée, au milieu d'une jungle impénétrable ou au milieu d'un un désert de sel.
Les légendes racontent que ces tribus, très anciennes, ne s'adaptèrent pas à l'organisation traditionnelle de la société orc le jour d'après la fin de la Traque. Ce sont des tribus, qui ne rendent de compte à aucune autre autorité que la leur. Leurs mœurs et leurs lois diffèrent grandement des tribus "reconnues" du Pacte, même entre tribus tabou. Leurs pratiques sont vues par les autres tribus orc comme archaïques voire arriérées, mais surtout dangereuses.
Les tribus tabou sont d'une religiosité extrême. Leur problématique de survie étant exacerbée par les lieux choisis de leur exil, ils se reposent beaucoup sur les rites et des pratiques tabou.

  1. Les clans

Les clans sont la réunion de plusieurs tribus. Une tribu gère un clan. On dit qu'elle EST le clan et lui donne son nom de famille. (par exemple : la tribu Khanem devient le clan Khanem. La tribu Toli sous l'autorité du clan Khanem devient la tribu Toli du clan Khanem)
Ce sont les tribus les plus anciennes qui deviennent des clans, car elles ont l'expérience, le savoir, et peuvent donc conseiller les tribus sous leur responsabilité.

Les clans sont constitués de populations orc avec pas ou peu de métissage. Traditionnellement les orcs ne se mélangent pas à la population des autres races. Mais il existe de nombreux orcs originaires du pacte des plateaux du sud, exilés, qui ont pu s'unir à des nains, elfes ou gobelins. Ce n'est puni par aucune loi du pacte et la génétique permet tout à fait les « hybridations ».


La stabilité politique des tribus est ce qu'elle est. Comme dans une grande famille, certaines branches peuvent s'adorer et d'autres se détester. Il existe des tensions historiques entre certaines tribus pour de vieilles histoires de chèvres ou de personnes qui, parfois, datent de plusieurs générations, si bien que certaines tribus se détestent mais ne savent plus vraiment pourquoi.


Emblèmes et féodalité

Il n'y a de féodal que l'organisation politique des clans. Les tribus, qu'elles soient simples tribus ou qu'elles gèrent tout un clan, restent avant tout des familles. Il n'y a pas de rapport de force de type seigneur à vassal, on n'impose pas d'impôts. Les clans servent surtout de conseiller. Ce sont eux qui montrent l'exemple des bonnes pratiques et des lois à respecter.

Chaque famille, chaque tribu a des emblèmes, hérités de leur clan, lui-même hérité de la horde à laquelle ils appartiennent.


  1. Les hordes

A l'instar des tribus réunies en clan, les clans sont réunis en hordes. Les hordes servent à deux choses :
Il y a 600 ans, elles servaient à organiser l'armée orc alors en guerre contre l'humanité.
Aujourd'hui, les hordes servent à sélectionner équitablement un représentant siégeant à la table du pacte des plateaux du sud (voir chapitre VII. La politique)

Les hordes portent des noms d'animaux sauvages. Les emblèmes imposent des codes couleurs et le faciès d'un animal aux tribus réunies sous cet égide.