LE TEMPLE

Vos Orgas

Manue 
David


Le Temple représente un monde médiéval dominé par une autorité religieuse toute puissante au sommet d'un système organisé en castes immuables. L'hérésie y est traquée par l'inquisition et persécutée par de puissants paladins. Cependant, des réformateurs rejettent le dogme des ecclésiastes et tentent de sortir le monde de l'obscurantisme des fanatiques. Les gueux tentent de survivre et s'organisent dans les bas-fonds en société parallèle régie par leurs propres lois. L'an 1046. L'Église est au sommet de sa puissance. Ayant évangélisé la totalité du globe, la terre est maintenant une immense cité à la gloire de la divine trinité. La religion chrétienne est partout, des symboles de sa puissance sont visibles sur toute la surface du monde connu. La domination de l'Église s'est imposée par le fer et par le sang. Les créatures diaboliques, sorciers et autres hérésies sont partout. Elles vivent désormais terrées dans les ténèbres et les saintes inquisitions ne cessent de les traquer. Le monde est une vaste cité, les forêts sont ses jardins, les lacs ses bassins. La densité de la population s'est considérablement développée et rares sont les lieux totalement déserts, y compris dans les zones les plus arides. La surpopulation crée régulièrement des épisodes de famine et de maladie.

En savoir plus 

Les castes

Les Ecclésiastes : 

Ils représentent l'écrasante majorité de la population et dominent le monde dans sa globalité. Ils sont représentés par les Inquisiteurs, les Paladins ou les Flagellants, ainsi que leurs suivants de toutes professions. Ils obéissent au Pape Paul V. 


Les Réformateurs : 

Érudits, Philosophes et scientifiques, ils agissent dans la clandestinité et sont traqués par l'Église. Ils croient davantage en la science qu'en la foi. Leur désir est de développer l'enseignement et la lecture pour tous. Ils veulent réformer la pratique de la foi chrétienne et exercent une lecture symbolique de la bible. 


Les Gueux :

Ils représentent les plus pauvres et misérables habitants du Temple. Souvent difformes car issus de relations bâtardes entre un humain et autre chose, les gueux sont légions et constituent l'essentiel grouillant des bas quartiers. Ils ont cependant une grande utilité sociale et leur cohésion leur octroie certains privilèges et quelques libertés.


Les Ecclésiastes :  

L'inquisition 

 

Hommes et femmes de l'Église, leur ordre a pour but de répandre la foi et de faire respecter Dieu et l'Ecclésiaste. Nul citoyen et donc croyant ne doit dévier de la voie divine qui a été créée par Dieu à destination des hommes. L'Homme a été chassé de l'Eden du fait de ses vices instigués par le malin. Ceci ne doit plus se reproduire. L'ordre qui règne sur le Temple est une résultante de la piété de ses croyants. Pour les inquisiteurs, il n'existe aucun homme au-dessus des lois. Tout le monde peut être touché par le malin mais nul ne doit y céder. Ils respectent cependant les hommes importants de l'Église tels que le Pape ou les Évêques et Archevêques. Même si certains groupes d'inquisiteurs possèdent des compétences militaires, lorsque la force est nécessaire, ils préfèrent faire appel aux Paladins. Les inquisiteurs sont d'excellents enquêteurs. Ils pratiquent la question auprès des suspects. La torture légale est une pratique courante et même considérée comme une forme raffinée et moderne d'investigation. Après tout, il y a encore peu de temps, une simple suspicion d'hérésie conduisait immédiatement aux flammes du bucher. Aujourd'hui, les temps ont changés et on laisse au suspect le bénéfice d'une enquête. Rares sont les suspects n'ayant pas avoué durant la question, les autres ont quand même été brûlés, dans le doute. 

 Vie sociale : Voués au respect de l'évangile, leurs autorités sont les Cardinaux, les Archevêques puis Evêques. Les Inquisiteurs sont souvent recrutés parmi les jeunes de la petite noblesse. Ils peuvent exceptionnellement venir d'une caste de paysan lorsque leurs aptitudes et leur piété le permettent. En plus des messes quotidiennes, les jeunes reçoivent alors le catéchisme et doivent apprendre par cœur des récitations latines dont ils ignorent le sens. A 12 ans, les jeunes ayant été repérés se voient orientés dans un monastère de la région afin de poursuivre leur éducation religieuse, améliorer leur interprétation des textes, ainsi que leurs capacités de persuasion. Leur formation peut encore durer au minimum 10 ans en fonction des ambitions de l'élève. Les jeunes filles ainsi que les jeunes garçons ayant raté le test sont orientés vers des études plus techniques afin de les rendre actifs au plus vite dans la société. Les femmes se chargeant des tâches ménagères et les hommes aux travaux manuels. Ces formations sont étudiées pour se terminer aux alentours des 15 ans de l'élève. Les inquisiteurs(trices) sont tous des moines ayant fait vœux de célibat. Ils peuvent donc diriger une messe, procéder à des mariages, des enterrements et des baptêmes. Ils sont les supérieurs hiérarchiques des Paladins. 

 Les armes : 

Les inquisiteurs n'ont pas vocation à être des combattants, ils portent tout de même des armes légères et peu encombrantes. Les rapières, lames de cour ou encore dagues sont les plus répandues. Certains préfèrent tout de même les affrontements à distance et portent donc des pistolets à rouet, à mèche ou encore des arbalètes de poing.

Les Ordres Paladins 


L'Ordre des Paladins représente le bras armé du Pape formé de soldats d'élite. Ils obéissent aux Archevêques et peuvent être dirigés par un inquisiteur. Lorsqu'un guerrier d'exception est reconnu par le souverain Pontife ou un de ses représentants, il reçoit l'honneur d'entrer en son service au sein de l'Ordre des Paladins. L'Ordre peut également former ses membres en procédant à une sélection drastique et cruelle d'aspirants durement mis à l'épreuve durant 8 ans. L'Ordre est divisé en obédiences : Templiers, Teutons, Hospitaliers et chaque obédience possède des Chapitres. Chaque Chapitre reste souverain et respecte les fondamentaux définis par le Pape et les codes de son obédience : Obéissance à Dieu, au Pape, Foi en l'Église et vie monastique. Depuis peu, un Chapitre féminin a vu le jour : les Sœurs de Jeanne. Formation : Il faut être tout d'abord aspirant durant 8 ans pour prétendre à l'initiation après avoir été choisi par un Parrain ou une Marraine. Les aspirants peuvent commencer leur instruction entre 10 et 12 ans. Ils sont rompus à toutes les techniques de combat et à un entraînement physique extrême. Seuls les plus forts moralement résistent à cette première sélection. Ils reçoivent des enseignements théologiques très approfondis. Ils participent très tôt à des purges et des exécutions afin de les familiariser avec la violence et le sang. Ils effectuent des séjours auprès de différents Chapitres et choisiront s'ils survivent à leur formation leur future appartenance. Les apprentis sont soumis à une discipline de fer et sont programmés pour obéir et frapper sans pitié. La dernière sélection représente la plus cruelle des épreuves. Les aspirants sont confrontés entre eux dans des duels pouvant aller jusqu'à la mort. L'ensemble de l'Ordre local est alors convié pour assister aux épreuves. Les perdants survivants doivent alors renoncer à devenir paladin. Ils deviennent alors écuyer de leurs camarades victorieux, certains disparaissent, beaucoup mettent tout simplement fin à leur existence. Les Maîtres Paladins ayant assisté aux combats choisissent alors un apprenti dont ils auront la responsabilité. Il devra être initié, ce qui représentera son ultime épreuve avant d'intégrer l'Ordre pour le reste de sa vie. Le nouveau membre doit être initié selon le code de son Chapitre. Nul ne peut siéger au Chapitre sans avoir reçu l'Initiation. Il devient alors Frère ou Sœur et quitte le monde profane pour une nouvelle vie vouée à porter l'épée et faire couler le sang des hérétiques. Un Paladin est accompagné de ses servants, eux même membres du chapitre à une place subalterne. Les suivants sont souvent des aspirants paladins déchus. Malgré le vœu de dénuement lié à la condition monastique, plus le Paladin possède de suivants, plus il témoigne de sa puissance au sein de l'Ordre. Un Paladin ne peut servir un autre Paladin en tant que subalterne. Le nouvel initié prend le nom d'apprenti jusqu'à que ses pairs décident de l'élever au rang de Maître il peut alors voter au conseil des maîtres, prendre part aux décisions du Chapitre, élire le grand maître. 

Les habitations : Les Paladins vivent en caserne au sein de leur ordre. Toutes leurs possessions deviennent elles de l'Ordre au moment de leur initiations, y compris leurs suivants, servants, esclaves. Les commanderies sont des structures en pierres taillées typique de l'architecture du XIIIème siècle chaque étage pouvant héberger un Paladin et toute sa suite. Les lieux de culte sont quant à eux des structures évoquant des basiliques immenses, sobres et dépouillées. La tenue des Paladins correspond à une tenue noble et militaire du XIIIème au XIVème siècle. 

Les armes : Elles varient en fonction de l'Ordre. La plupart des paladins portent une armure souvent complète du 13ème ou 14ème siècle. Ils savent manier toutes les armes de leur temps. Mais les épées sont tout de même les plus communes, qu'elles soient courtes maniées avec un bouclier, bâtardes ou même de la taille d'une claymore ou un espadon. 

Les Flagellants 


Ordre religieux à l'écart de l'Église, il respecte la Bible mot pour mot et considère que l'Église s'est prêtée à des interprétations afin de correspondre à l'évolution de la société. Pour les flagellants, c'est la société qui aurait dû suivre le chemin tracé par la bible et non l'inverse. Alors qu'ils sont respectés par l'Église pour leur piété, ils sont souvent réprimandés pour leurs actes. À l'inverse de l'inquisition, ils ont choisi de porter le poids des péchés des hérétiques et nourrissent l'idée de les guider vers le droit chemin. Extrêmement altruistes, ils vivent dans les quartiers pauvres et ouvriers. Nombre d'entre eux aident la populace à vivre dans le sentier que dieu a créé pour l'Homme tandis que d'autres arpentent les rues se fouettant ou se rouant de coups afin de purifier les pêcheurs et hérétiques assistants à la scène. Cependant, leur altruisme se dirige uniquement vers les démunis et ils exècrent donc les actions de l'inquisition et de l'ordre Paladin. Pour les Flagellants, un bon chrétien se doit d'être ouvert au pêcheur afin d'essayer de le guider vers le paradis, et non le mener au plus vite à l'enfer et à une damnation éternelle. Les flagellants sont prêts à tous les sacrifices pour sauver une âme. Vie sociale : Les domaines occupés par les Flagellants rassemblent souvent les plus pauvres, les malades et les difformes dans les bas-fonds. Les gueux sont leurs ouailles et constituent l'immense cohorte des âmes en peine à soulager. Ils pratiquent la charité comme leur ordre les y autorise : tout enfant de dieu, trop meurtri pour faire pénitence peut demander à un flagellant de l'exécuter pour lui et le salut de son âme. Les flagellants vivent dans le dénuement et la pauvreté, dorment souvent sur le sol des églises. Les flagellants portent une bure simple souvent rapiécée dans le 8 dos (à cause des flagellations), des sandales ou restent les pieds nus. La bure peut être nouée à la taille comme une jupe lorsque trop abimée sur le haut. Les armes : Les habitants des bas quartiers n'ont pas le droit de porter les armes. Ils ont cependant trouvé des moyens de posséder de quoi se défendre. La lance peut être justifiée pour la chasse ou l'agriculture (faux redressée), la hache pour les bûcherons ou encore un couteau de style messer pour les bouchers. Les flagellants quant à eux portent et utilisent des fléaux, fouets et flagelles. 

Les Réformateurs : 

Hommes et Femmes de science et philosophes, ils vivent dans la clandestinité ou sous couverture. Les plus brillants d'entre eux sont souvent protégés par les Ducs et possèdent leur propre laboratoire de recherche, athanor alchimique ou observatoire derrière les portes secrètes conçues par les compagnons bâtisseurs. Ils ne sont pas dénués de foi mais rejettent la parole rigoriste des ecclésiastes. Leur foi envers la science est aussi puissante que leur foi envers dieu. Ils représentent une menace pour l'autorité et sont traqués sans pitié. Ils prennent parfois le risque de s'exposer en permettant aux paysans de s'émanciper. Ils étudient les astres, l'alchimie, pratiquent la médecine et connaissent l'anatomie humaine par la dissection. Les réformateurs sont donc des érudits sans cesse en quête de connaissances. Ils considèrent les livres comme la plus grande des richesses et tentent de sauver des autodafés les écrits philosophiques de l'antiquité pré chistiannique. Leurs activités sont considérées comme diaboliques par les autorités et lorsqu'un réformateur est arrêté par l'inquisition, il est poussé à abjurer le démon, à rejeter la science et à détruire luimême ses écrits. Il est questionné en public jusqu'à ce qu'il ait révélé l'identité de tous ses disciples puis brûlé vif. Malgré une répression ultra violente, les réformateurs ne cessent de séduire dans toutes les castes sociales. Ils sont nombreux parmi les bâtisseurs, réunis en loge pour la construction des Cathédrales. Ils possèdent beaucoup d'ouvrages qui sous couvert de manuel de construction, renferment des enseignements symboliques dont ils savent déchiffrer le sens. 

Les tenues 

 Les réformateurs se font discrets et ne portent qui pourrait trahir leurs pensées. Ils agissent sous couverture. 

Les armes 

Les Réformateurs sont peu enclins au combat, mais leur érudition en fait de grands manipulateurs des arcanes magiques. Ils savent fabriquer le poison et la poudre à canon. Ils sont d'excellents tacticiens, leur meilleure arme reste leur esprit brillant.

Les Gueux :  

Vie sociale :

 Ils représentent la caste sociale la plus pauvre et misérable du monde. Les gueux vivent dans les bas-quartiers et sont cantonnés aux tâches les plus ingrates. Ils sont fossoyeurs, équarisseurs, essarteurs, nettoyeurs de basses fosses, transporteurs d'ordures ou tanneurs. Ils ont la charge des métiers en rapport avec la mort et le pourrissement, les déchets et l'excrétion. Les gueux sont très utiles à la société et s'ils sont souvent comparés à des rats par les nobles, ils leur sont absolument nécessaires. Les gueux vivent entre eux dans les zones les plus sombres des bas-quartiers. Ils possèdent leur propre organisation et obéissent au roi des gueux, autorité suprême au sein de la caste. Chaque quartier possède son propre Roi. Les gueux sont régulièrement soumis aux enquêtes des Inquisiteurs, car bien souvent issus d'unions contre nature entre un humain et une autre créature. Il est courant d'y croiser des bossus, des nains ou des géants, ils peuvent avoir les pieds fourchus, des cornes ou être couverts de poils. Ils sont difformes et hideux et quelques uns ne sortent jamais des bas-fonds, trop monstrueux ou dangereux pour être dévoilés au grand jour. Cependant rares sont les inquisiteurs qui se risqueraient à pénétrer trop loin dans les basfonds, même entourés de solides paladins. Seuls les flagellants peuvent s'y aventurer, sans toutefois être assurés d'en sortir un jour. Les gueux possèdent leur propre code d'honneur, leurs rites funéraires et leur langage. Ils ont leurs propres superstitions mystérieuses qui les placent toujours au bord de l'hérésie mais ils sont trop utiles à l'équilibre social pour être anéantis. La force des gueux et leur salut réside dans leur unité et leur cohésion. Chacun sait qu'il est très risqué de s'en prendre à l'un d'eux sans un bon motif. Même les Evêques savent que s'en prendre à eux reviendrait à déclencher une vague de disparitions rapides de nombre de bon croyants de la noblesse. Les gueux sont en effet capables de se faire très discrets et de faire disparaître rapidement les corps et les traces. Ils savent également écouter aux portes. Ils peuvent s'infiltrer partout pour exécuter leurs tâches ingrates dans toutes les castes sociales et peuvent être des atouts précieux pour des missions de renseignements. Le Roi des Gueux est donc une des personnes les mieux informées de son Quartier et il sait négocier ces connaissances auprès des inquisiteurs. La cour des miracles à Paris est le plus connu des bas-fonds et son roi des gueux représente même un véritable contre-pouvoir au sein du Quartier.

Les tenues : 

Toiles de jute et tissus épais, capuchons permettant de cacher leurs diverses difformités, pièces de cuir - 

Les armes : 

Les gueux savent se défendre ! Ils portent des armes discrètes : couteaux, dagues et savent manipuler les poisons. En revanche, ils ne portent jamais d'épée ni d'arme coûteuse. La plupart du temps ils se défendent au bâton ou avec un outil utile à leurs fonctions.

Annexes et petits plus 

Les dates clés 

An -2, Jésus Christ ressuscite et entame un pèlerinage vers le Vatican, faisant beaucoup d'escales pour soigner les malades de la Peste. 

An 0, Jésus devient Pape. 

An 26, Après avoir passé un long moment à stabiliser la situation chrétienne et rétablir les ordres, Jésus ordonne la reprise de l'évangélisation. 

An 30, Un nouveau continent est découvert par des Flagellants Nordiques. Nommé initialement Eden, il s'avéra que nombre de sauvages et hérétiques le peuplaient.

 An 32, Jésus ordonne une nouvelle croisade vers l'Eden. 

An 35, Jésus est mortellement touché lors de la croisade. La croisade devient une extermination suite à la mort de Jésus. 

An 47, Après un fort trouble au sein de l'Eglise, un nouveau Pape est choisi et trois ordres instaurés, les inquisiteurs, paladins et les flagellants. 

An 265, Les Amérindiens sont exterminés. 

An 324, Création des Ordos Féminis, aussi appelé l'Ordre de la Dame, et introduction des femmes dans la vie religieuse. 

An 511, Appel à la Reconquista par les chrétiens Ibériques. 

An 530, Prise de Constantinople par l'Ordre du temple mené par le Saint Théophile. L'église décide de poursuivre la conquête, en créant la "Divine croisade" Menées par l'Ordre du Lion, l'Ordre du Dragon et celui de l'épée. 

 An 762, Début de la "Dernière croisade" visant à éradiquer l'Islam et les jésuites menée par le Paladin Louis le preux. 

An 925, Unification de la planète à la foi unique après les croisades du Papes Paul V 

An 928, Première purification par le feu du Quartier Océanique, menée par l'Inquisiteur Wilhelm le pur et ordonnée par le Pape Paul IV.  An 1000, Naissance de Paul V 

An 1046, Ouverture du portail - puis retour des flagellants du nouveau monde : un pape Innocentus 1er y a été élu et y est mort est enterré. La nouvelle terre a été foulée par l'Archange St Michel, il en a exigé la purification. 

An 1047 : le Pape Paul V ordonne la Purge du nouveau monde jugé hérétique, il envoie un groupe d'éclaireurs afin qu'ils rapportent un état des lieux des forces en présence et préparer l'invasion. Aucun n'en est revenu à ce jour.

Vie sociale - 

La société La société s'est développée en système de castes dont il est très difficile de s'extraire. Au premier rang se situe la haute noblesse : Princes, Ducs, Archevêques et Cardinaux, puis la petite noblesse, marquis, comte et barons. Chez les roturiers, les castes sont définies par corps de métiers : la caste la plus élevées est celle des hommes d'église, puis les militaires et miliciens, les commerçants, artisans, aubergistes. Ensuite viennent les paysans, fermiers éleveurs et agriculteurs, enfin les gueux représentent la caste sociale la plus basse. Les esclaves sont considérés comme du bétail d'élevage. Les paysans naissent et meurent paysans ainsi que leurs enfants et toute leur descendance aura le même destin. La seule alternative à l'extraction de sa condition sociale consiste à s'engager auprès d'un Paladin ou d'un Inquisiteur en tant que suivant. C'est alors une vie promise à d'autres souffrances, aux guerres et aux combats qu'il faut accepter. L'inquisition fait office d'autorité locale, elle agit en tant que police, enquête et questionne, elle juge et utilise les services des paladins pour exécuter les sentences. - L'habitat La Cité est divisée en quartiers pouvant avoir la taille d'un petit pays. Chaque quartier est contrôlé par un Duc qui lui-même sert l'église et le Pape, représenté en ses terres par un évêque. Le Duc protège les paysans des brigands, des créatures diaboliques et de l'hérésie, en échange du travail de ses terres dans une organisation féodale. Cependant l'Inquisition a tout pouvoir et l'autorité de l'Eglise prime sur celle du Duc. Aucun quartier digne de ce nom ne pourrait exister sans la présence d'une Cathédrale. D'immenses efforts sont nécessaires pour permettre de bâtir ces fantastiques architectures et tous les sacrifices sont envisageables pour permettre aux cités de briller aux yeux des ecclésiastes grâce à ses bâtiments modernes dédiés à Dieu. Des corps de métiers se sont donc développés pour permettre l'érection de telles nefs et des guildes ont émergées, allant de quartiers en quartiers, vendre leurs services auprès de Duc et d'Evêques. Les Inquisiteurs sont particulièrement méfiants envers ces guildes qui s'échangent des secrets de construction et semblent user de magie et de sorcellerie pour réaliser leurs prodiges architecturaux. Les Loges de bâtisseurs sont souvent le nid d'hérésies diaboliques. Il existe quelques quartiers éloignés où les autorités religieuses ne vont guère. Non par crainte, mais par mépris. Ces quartiers sont le domaine des gueux, mendiants et autres rebuts de la société. Quelques moines, des flagellants ayant fait vœux de pauvreté, s'y aventurent afin d'y donner l'aumône et de montrer à ces pauvres hommes qu'ils ne sont pas oubliés de dieu. Ceuxci sont les plus pieux d'entre les pieux et font usage de leur foi dans une pratique fanatique. Ils n'hésitent pas à se sacrifier et sont prêts à tout pour sauver une âme de la corruption, y compris en la délivrant de la charge d'une vie soumise à l'influence du malin. La sorcellerie est largement pratiquée dans ces quartiers délaissés et les flagellants sont soumis à de nombreuses tentations. Ils se mortifient pour chasser toute pensée impure et parviennent ainsi à résister 3 aux démons, puissants en ces lieux de perdition. Lorsque la gangrène satanique risque de se propager, alors les Inquisiteurs envoient une cohorte de Paladins effectuer une Purge. Les hérétiques désignés sont alors soumis à la question et mis en contact avec une Sainte Relique sortie de son sanctuaire pour l'occasion. Lorsqu'au terme de la séance de question l'hérétique présumé est mis en contact avec la Sainte Relique, la main de dieu doit le guérir des stigmates de son interrogatoire. Si dieu n'intervient pas pour refermer les coupures, recoller les ongles et les orteils ou les lambeaux de chairs écorchés, alors c'est que l'hérétique ne mérite pas d'être sauvé. La Purge peut alors commencer et tout le quartier suspecté d'être contaminé par le malin sera purifié par le feu. S'il s'avère que l'hérétique avoue, si les plaies semblent se refermer, alors les hérétiques seront brûlés vifs mais leur quartier sera préservé. Le Duc et sa cour ne sont pas tenus responsables des agissements des serfs et l'inquisition préserve suffisamment de besogneux pour lui assurer un bon entretien de ses possessions. Les guerres d'évangélisation ont permis de découvrir des peuples primitifs, sauvages, qui se sont avérés être des esclaves très efficaces. Ceux-ci vivent dans des villages réservés qui eux aussi sont régulièrement purgés. Les esclaves pratiquent parfois des rituels impies et il n'est pas rare qu'ils s'adonnent à la dévotion démoniaque. Les esclaves sont considérés comme des animaux et appartiennent au Duc en tant que possession collective mise à la disposition de la population. Chacun a droit de vie et de mort sur cette population qui n'est pas considérée comme possédant une âme.

  Culte 

Le Pape est le représentant de Dieu sur terre, il est le maître du monde et domine tous ses sujets. Il est élu par les Cardinaux, eux même élus par les archevêques. Il gouverne entouré d'un conseil appelé l'Ecclésiaste. L'actuel Pape Paul V est magnanime et laisse aux archevêques beaucoup de liberté. Certaines grandes pontes des ordres Paladins et Inquisiteurs le trouvent laxiste et trop tolérant. La vie de toute la cité du Temple est réglée par le son des cloches indiquant les heures de lever, des 5 messes quotidiennes, de travail, de repas et de coucher 6 jours sur 7. Le 7ème jour est réservé à la dévotion, aux ablutions et constitue un jour de jeûne obligatoire. La médecine est rudimentaire, on considère la maladie comme une conséquence de ses actes et une punition divine. Il est mal vu d'aller à l'encontre de la volonté de dieu et tenter d'influer sur sa décision peut être considéré comme une hérésie. Dans ces conditions et étant donné la surpopulation générale, les épidémies sont nombreuses et souvent endiguées par de grandes purges qui exterminent des quartiers entiers, emportant les malades et les personnes saines. Le sang est considéré comme le véhicule de tous les maux et la saignée est quasiment le seul soin pratiqué pour l'ensemble des maladies. Les réformateurs ont cependant une pratique de la médecine bien plus fine. Les Gueux possèdent également leurs rebouteux et leurs herboristes capables de soins efficaces. Les connaissances scientifiques sont elles aussi limitées par le pouvoir de l'Église. Les ecclésiastes imposent une représentation de la terre plate, au centre de l'univers autour de laquelle tournent les astres. 

 Les chapitres de Paladins


Le Chapitre de St Michel 

Ce Chapitre compte le plus grand nombre de soldats de Dieu. Ses membres sont impitoyables pourfendeurs d'hérétiques. Il accueille les frères dans la prière et le carnage. Le Chapitre impose chasteté, 5 prières par jour, des repas frugaux et un entraînement aux armes quotidien.

Le Chapitre de St Raphaël 

Les Paladins et leurs suivants de St Raphaël protègent en particulier les voyageurs. Ils n'ont pas de demeure et vivent sur les routes, protégeant les pénitents et les pèlerins des voleurs, bandits et démons qui s'en prennent aux voyageurs. Ce sont des cavaliers souvent équipés de lances. Ses membres prient 5 fois par jour, s'imposent chasteté et repas frugaux. Ils s'imposent de ne jamais rester plus de 5 nuits sous le même toit. 

 Le Chapitre de Jeanne 

Chapitre à l'origine féminin et composé uniquement de femmes. Les suivantes de Jeanne sont des sœurs guerrières, elles s'imposent chasteté, repas frugaux et prières 5 fois par jour. L'entraînement au combat et la chasse à l'hérésie occupe l'essentiel de leur temps.


 Le Chapitre de Gabriel 

Véritables machines de guerre, les suivants de Gabriel sont des Paladins entraînés à la guerre de position. Ils portent de larges boucliers et de solides armures afin de résister durablement aux attaques impies en formant de véritables murs d'acier. Ils sont spécialisés dans la protection et la défense des lignes. Ils connaissent les stratégies de siège et connaissent le maniement des machines de guerre. Les suivants de Gabriel doivent obligatoirement posséder une armure complète + bouclier ou arme à deux mains. Ses membres prient 5 fois par jour, s'imposent chasteté et repas frugaux.

 Le Chapitre de la Sainte Rédemption 

Ce chapitre accueille les Paladins ayant déçu leur ordre. Humilié par un échec, déshonoré par un serment rompu, le moine soldat pourra retrouver la gloire en mourant au sein du chapitre de la Sainte Rédemption. Ses membres renoncent à la moindre armure et combattent souvent dénudés, le corps couvert de tatouages représentant leur foi. Leur volonté de mourir pour la gloire de Dieu galvanise leur puissance et font d'eux de redoutables et inébranlables guerriers. Le chapitre est mixte, ses membres prient 10 fois par jour, s'imposent chasteté et repas frugaux. 

 Les Paladins Errants 

Les Paladins errants ne sont pas liés à un chapitre en particulier, mais ils obéissent aux autorités du clergé et peuvent se réunir pour quelques missions particulières. Ces Paladins sont assez mal considérés par les différents Chapitres, cependant il arrive qu'une mission nécessite des services discrets. Ces guerriers dévolus à dieu et sans attache avec un ordre particulier deviennent alors très intéressants pour les Archevêques.

Les Chapitres Libres

 Ils constituent des groupes de paladins ayant prêté serment à un Grand Maître sous la protection d'un saint et reconnu par un Évêque. Leur vie monastique obéit à des engagements 7 propres à chaque groupe. Ils sont très surveillés et attirent souvent méfiances et suspicions de la part des Chapitres dits "réguliers". 

Depuis l'ouverture du portail

 Au retour des derniers flagellants et à la suite du rapport fait par ceux-ci auprès des hautes instances de l'ecclésiaste, les flagellants ont décidés que la terre d'Eormengrund était hérétique car un archange y avait marché. Cette terre devait être purifiée.

Un cardinal français décide d'envoyer des colons pour évangéliser cette terre. Si un archange l'a foulé, lui, la voie bénie.

Les colons se préparent donc en masse pour rejoindre le portail.

Des bruits parlent aussi d'un autre portail dans les quartiers des hauteurs de l'est.